Les essences

 

L’Egypte ancienne, berceau de l’aromathérapie

essence-lavandeC’est en Egypte et en Chine qu’est d’abord apparue l’aromathérapie. Si nous connaissons peu de choses sur l’aromathérapie chinoise, les écrits égyptiens ont su traverser le temps pour nous transmettre le savoir des érudits. Le plus ancien écrit remonte à 4 500 ans avant JC.

En plus de maîtriser parfaitement les techniques d’extraction, ils connaissaient précisément les propriétés des parfums et des substances aromatiques sur le corps et le mental.

D’ailleurs leurs connaissances des propriétés antiseptiques des plantes sont évidentes quand on voit l’état de conservation des momies.

Les égyptiens sachant déjà comment extraire les huiles essentielles des plantes les utilisaient dans des domaines tels que la parfumerie, la pharmacologie et l’embaumement.

Il est vrai que pour les égyptiens, les essences avaient également une forte vocation rituelle notamment au cours des cérémonies religieuses.

Pour extraire les principes actifs des végétaux, ils utilisaient 3 techniques encore utilisées de nos jours : la macération, l’enfleurage et la distillation.

Leur savoir n’a cessé de se propager aux mondes civilisés et à travers les âges.

L’aromathérapie aujourd’hui…

C’est le chercheur et parfumeur français R-M Gatefossé qui est à l’origine de la popularité que connait aujourd’hui l’aromathérapie.

Pour la petite histoire, lors dans un petit accident dans son laboratoire, R-M Gatefossé se brulant les mains, les plongea immédiatement dans un récipient contenant de l’huile essentielle de Lavande.
En plus de l’avoir immédiatement soulagé, l’huile essentielle de lavande a guéri sa plaie avec une surprenante rapidité. C’est à partir de ce moment que Monsieur Gatefossé a décidé d’étudier les huiles essentielles.

Aujourd’hui, la richesse et l’efficacité des huiles essentielles n’est plus à prouver pour ceux et celles qui profitent déjà de leurs bienfaits.

De la plante aux molécules aromatiques…

Ce sont leurs molécules aromatiques qui donnent aux plantes leurs propriétés bienfaisantes. Le procédé le plus utilisé pour extraire ces molécules est la distillation à la vapeur d’eau.
Pour ce faire, les parties de la plante à distiller sont introduites dans un alambic : sous l’effet de la chaleur l’eau se transforme en vapeur, celle-ci passe à travers les plantes en entrainant leurs molécules aromatiques ; ensuite, la vapeur chargée de molécules aromatiques se recondense en passant à travers un réfrigérant. A la sortie de l’alambic, un essencier permet de séparer l’huile essentielle de l’eau de distillation ou hydrolat par différence de densité.

Quelques définitions…

La plante aromatique

Une plante aromatique est une plante qui contient des molécules aromatiques ou odorantes dans un ou plusieurs de ses organes

L’essence

Une essence est une substance liquide chargée de molécules aromatiques sécrétée directement par la plante dans ses organes producteurs. Pour les agrumes, l’essence est directement extraite par expression (technique qui consiste à rompre les « poches à essences » pour récupérer l’essence).

L’huile essentielle (HE)

L’huile essentielle est le résultat de la distillation à la vapeur d’eau de plantes aromatiques. L’huile essentielle est donc l’essence distillée.

Comment utiliser les essences ?

En diffusion atmosphérique

On peut verser quelques gouttes d’essence dans une coupelle ou sur un mouchoir et la laisser diffuser à température ambiante. On peut également utiliser un diffuseur qui chauffe doucement l’essence pour une meilleure diffusion. A savoir que la bonne température de diffusion des essences et celle du corps humain.

Recommandations

Les essences étant concentrées en principes actifs, il est recommandé de respecter le mode d’utilisation conseillé pour chaque essence.

Conservation

Les essences se conservent dans un endroit sombre, frais et sec pour éviter leur oxydation.